Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 janvier 2012 7 01 /01 /janvier /2012 12:26

Julien-Rémy Pesche  est né à Souvigné-sur-Même le 1er octobre 1780.  

Il était le petit dernier, de  Michel Pesche  et  Marie-Marguerite-Françoise Verdier qui eurent seize enfants comme il était courant à cette époque ou l’espérance de vie ne laissait pas beaucoup de chance.

Son père, petit boutiquier de village, signa, le 13 mars 1789,  le cahier de doléances des 37 paroisses du district de La Ferté-Bernard, et fut nommé, la même année électeur du Tiers-Etat de la Sénéchaussée du Maine pour les élections aux Etats Généraux, puis devint, après le 14 juillet 1789, le premier maire de Préval petite commune de l’Est de la Sarthe, et en 1791, il était juge de paix, fonctions qu'il remplit jusqu'à sa mort en 1799.

Son père ne put empêcher le jeune Julien, dévoré par l'amour de la gloire, de partir  à l'âge  de  13 ans, en  qualité de tambour, avec un bataillon de  réquisitionnaires de la compagnie d'enfants de troupe adjointe à la Garde nationale de La Ferté dont Julien  fut nommé sergent, puis capitaine à la première promotion.

soldats anII (1)

Le 20 frimaire an II,  (10 décembre 1793.)  Pesche était au Gué-de-Maulny (lieu de naissance de Jean II le Bon) aux abords du Mans avec les 1ere  et 3ème compagnies du bataillon de réquisitionnaires de la Ferté-Bernard, appuyées par 25 hussards et deux pièces de canons. « La bataille du Mans »,  avant de devenir  une victoire républicaine contre les vendéens royalistes, puis un massacre, commençait dans la débâcle; 

« C'est là, dit Pesche dans un de ces innombrables ouvrages (1), et sans vraiment l’avouer,  qu'on vit un jeune tambour de réquisitionnaires âgé de treize ans, indigné de voir ses camarades jeter non seulement leurs piques, mais leurs fusils et leurs cartouches, emplir ses poches de paquets  de ces dernières et prêt encore à s'emparer d'un fusil pour les empêcher de tomber entre les mains de l'ennemi, lorsque les hussards républicains qui protègent la retraite, le forcent à renoncer à ce projet et à continuer sa route pour se soustraire  aux fourrageurs Vendéens ».

En 1794, une accalmie  le mena comme aide chez un apothicaire puis en 1797  il monta sur Paris pour compléter son enseignement de la pharmacie avant de se diriger vers l’écriture   -  Ode anacréontique, Chansons, poésies diverses

          J.-R.PESCHE,écrit  L'amour pharmacien, en Chansons (1799)

Julien Pesche ouvrit boutique  à la Ferté 1805 et se maria à Mlle Pélagie-Victoire Georget, puis il devint père d'une fillette, Malvina l’année suivante.

Le 3 août 1827, Pesche demandait place à la Société de  médecine du Mans,  écrit  une Notice géognosique sur la Champagne  du Maine et devint, au Mans, l'aide attitré de la Loge des Arts et du Commerce, devenue par  la suite la Loge des Trinosophes Cénomans.

Parmi ses écrits, nous  est parvenu comme un rappel à ses premières passions:

pantheon

Trinosophes Cénomans,

Jamais de relâchements!

Pan ! pan ! pan !Pan! pan ! pan !

Pan! pan ! pan !

Maillet battant!

 

 

(1) Précis historique sur le Maine et le Dép. de la Sarthe,

en tête T. 1 du Dictionnaire de la Sarthe, p. CCCXVIII-CCCXXX

(Etat-civil de Souvigné-sur-Mêmc, Reg. I7 ,année 1780.)

(Cf.J. R. Pesche,Dictionnaire de la Sarthe, T. IV, Le Mans )

Partager cet article
Repost0

commentaires

mig93 26/01/2012 10:39

reportage instructif et très interressant, je viens de parcourir votre blog, c'est passionnant...Bravo

stephvvv 15/08/2012 17:49



Merci  bien !


Je suis touché!   si si